Menu

23 juillet


Rencontre avec Fred Murie et Flavien Théry du Collectif Spéculaire, au sujet de l’action Traversées

Le projet d’action culturelle Traversées, créé par le collectif Spéculaire avec la complicité de personnes suivies par le pôle des Appartements de Coordination Thérapeutique (ACT) du réseau Louis Guilloux, sera présenté lors du festival Maintenant 2015 qui se déroulera du 13 au 18 octobre prochain.  

specul01 - Copie

Image : Catherine Rué

Rencontre avec Fred Murie et Flavien Théry. http://www.speculaire.fr/

Pouvez-vous nous présenter le collectif Spéculaire ? Quel est l’objectif de votre collectif ?
Flavien : le collectif Spéculaire, c’est la réunion de 2 pratiques complémentaires. Pour ma part, je vais créer des choses dans l’espace réel, des choses physiques avec une dimension immatérielle puisqu’il s’agit de travailler la lumière. Fred, quant à lui, va avoir un travail plus dématérialisé.
Fred : le collectif Spéculaire est donc un duo. A l’origine, Flavien m’a invité pour une installation à Paris. Nous avons collaboré sur 2 ou 3 projets et nous nous sommes dit qu’il fallait que nous officialisions notre union. Nous avons donc choisi un nom pour communiquer, pour que cela soit plus lisible pour les gens. Nous avons chacun une pratique individuelle que nous continuons de développer et certains projets que nous développons à 2, des projets qui vont réunir nos pratiques complémentaires. Moi, je suis plus sur une démarche numérique. J’ai commencé en faisant des tableaux, de la peinture, et rapidement, j’ai évolué vers l’utilisation d’outils numériques. J’ai un passé scientifique qui me permet de pouvoir travailler différents types de codes, de programmer, de travailler sur l’interactivité, sur le multimédia, la photo, le texte, la vidéo, toute sorte de médias que je peux rendre interactif grâce à la programmation.
Flavien : Spéculaire nous permet donc de faire des projets que nous ne ferions pas individuellement. Par la réunion de nos différents centres d’intérêts, nous allons vers d’autres types de productions. En ce moment, nous avons un certain nombre de projets qui sont liés, qui impliquent de l’écriture, du texte, ce qui est le cas de Traversées.

Quel est votre parcours à chacun ? Comment en êtes-vous arrivés là ?
Flavien : j’ai fait l’école des arts décoratifs à Strasbourg. Je me suis ensuite centré sur l’utilisation de la lumière, ce qui m’a amené à la partie informatique des choses car ce n’est pas trop mon truc au départ. Je fais un blocage sur le code. Nous sommes donc super complémentaires avec Fred. C’est ce qui est singulier dans notre collectif. Nous ne sommes pas opposés non plus mais nous nous complétons dans le dématérialisé et l’espace réel.
Fred : j’ai un double parcours artistique et scientifique. J’ai toujours pratiqué la peinture, le dessin, et j’avais des facilités en mathématiques. J’ai donc passé des diplômes de sciences physiques, de maths. Et j’ai développé mes pratiques de peinture de façon autodidacte, en m’intéressant à l’art contemporain. Parallèlement à tout ça, j’ai été prof de maths. J’ai démissionné car ça n’était pas compatible d’être prof et artiste. C’est un métier à part entière « artiste ». J’ai commencé à intégrer des photos numériques dans mes tableaux, à essayer de faire bouger les tableaux. J’utilisais des logiciels pour faire de l’animation, introduire de l’interactivité. J’ai dérivé comme cela vers une pratique numérique. Je donne toujours des cours mais liés à des dimensions artistiques.

Parlez-moi de votre univers artistique, des artistes qui vous influencent.
Flavien : j’ai plein d’influences. Travaillant sur la lumière, il y a forcément le choc de départ étudiant, la rencontre avec l’américain James Turrell, le Light and Space, en résonance au mouvement de l’art cinétique en Europe. C’est un travail sur la lumière. Le médium, c’est la perception. Pour moi, le choc de départ qui m’a orienté vers ce type de travail, c’est vraiment ça. Une rencontre forte. On part de rien, on ne connait pas l’artiste, son œuvre, et tu tombes sur une pièce qui te fait quelque chose d’assez fort et qui oriente tes choix. Il y a aussi tout ce qui tourne autour de l’art optique cinétique en Europe pour le côté historique. Il y a plein de regroupements avec des choses qui se font aujourd’hui comme chez Anish Kapoor.
Fred : je partage aussi ces influences mais c’est moins obsessionnel pour moi. Je vais picorer un peu partout différentes choses. Au niveau artistique, j’ai des influences très variées. L’art numérique me nourrit mais il n’y a pas que ça. J’ai une culture plus liée à l’art contemporain qu’à l’art numérique finalement. En récent, il y a Pierrick Sorin pour le côté « jouer sur les illusions » et aussi un peu le côté potache que j’aime bien. C’est selon les projets. En ce moment, je travaille beaucoup sur le texte, je m’intéresse donc beaucoup à Oulipo qui va jouer sur la forme des mots, sur des contraintes pour arriver à des écritures systématiques. Avec Jenny Holzer, je m’inspire sur la mise en espace des textes. Je vais plus regarder vers les dimensions narratives avec un souci d’épuration, de simplification. Flavien sera plus dans l’abstraction. Ce qui fait que nous pouvons nous rencontrer et monter des projets ensemble.

Pouvez-vous nous présenter le projet Traversées ? En quoi ça consiste ?
Flavien : pour commencer, c’est une invitation à réfléchir. Qu’est-ce que nous pouvons proposer comme projet participatif avec un public qui est accueilli dans des appartements thérapeutiques ? Un public avec des horizons très différents, des cultures très variées, des personnes qui ont des problèmes personnels. L’idée initiale était donc de trouver un point commun entre toutes ces personnes.

P1000135

Image : Aurore Patris

D’où le nom du projet Traversées ?
Flavien : oui, Traversées c’est le double sens. C’est à la fois quelque chose de transversal qui viendrait recouper des histoires différentes et individuelles, et c’est aussi un retour vers le passé, le fait de regarder son parcours. C’est l’idée du chemin parcouru. Il y a une double entrée. Nous proposons aux participants d’aller rechercher un ou des souvenirs d’enfance parmi les premiers.
Fred : ce qui n’est pas évident car certains ont des parcours particuliers. C’est au cas par cas. L’idée c’est donc d’utiliser des récits de souvenirs très courts dans la forme et réfléchir ensuite ensemble à comment diffuser cela, mettre dans l’espace les textes et trouver un point commun. Il n’y a aucune interprétation sur le point commun, nous misons sur la dimension algorithmique. C’est la machine qui va aller chercher des correspondances. C’est un peu le principe des mots croisés sauf qu’il n’y a pas d’intention derrière, il y a juste une collusion d’un certains nombres d’écritures desquelles on va faire émerger des termes au hasard.
Fred : l’idée c’est de diffuser 4/5 textes à la suite qui vont se dérouler. Et de les faire correspondre à un moment. Ils sont diffusés horizontalement, et verticalement, nous allons voir apparaitre un mot. Une sorte d’acrostiche (poème dont les initiales des vers, lues verticalement, composent un mot). Traversées, ça peut être n’importe quelle lettre.

C’est un projet qui se découpe en plusieurs étapes ? Une rencontre, des ateliers, une diffusion publique.
Fred : oui, plein. Nous nous sommes d’abord présentés auprès des participants. Il y a eu des ateliers avec Electroni[k], comme du mapping, des initiations, des visites. Nous leur avons montré notre pratique, ce que nous faisons, des choses qui pouvaient nourrir le projet, différentes références, des projets autour du texte. Là, nous commençons à travailler sur la forme. C’est un atelier de co-construction mais nous arrivons quand même avec des choses, avec nos idées, nous n’allons pas les laisser partir de rien.

Comment le projet va se présenter pendant le festival Maintenant 2015 ?
Fred : nous sommes en train de travailler dessus en ce moment avec les participants. Nous allons travailler sur une forme qui va utiliser la phosphorescence. Les textes seront imprimés sur cette surface et disparaitront avec le temps. Il y a une idée un peu « machinique » dans tout ça, une sorte de scanner.
Flavien : il n’y a rien de sûr pour le moment mais il y aurait a priori une diffusion dans l’espace public. Et une dimension d’installation de format plus réduit qui serait destiné à tourner dans différents lieux après le festival comme des médiathèques par exemple. Le principe reste le même : des textes lus, et à un moment, un algorithme pour faire apparaître ce mot. Avec l’idée que c’est toujours quelque chose qui est en train d’arriver, cela n’est pas enregistré, ça se renouvelle à chaque fois.

Mais elle est née comment cette idée ?
Flavien : c’est toujours bizarre d’essayer de retrouver l’origine d’un projet. C’est toujours des croisements entre des considérations, des intentions, des dimensions de techniques. Il y avait cette demande de proposer des ateliers. Le plus direct, c’est de proposer des ateliers d’écritures comme nous l’avons déjà fait plusieurs fois. La forme que nous imaginions pour la diffusion dans l’espace public contraignait énormément le système. Les possibilités que nous imaginions sur ce support de diffusion ont mené à l’idée de ce découpage, de ce fonctionnement. Pour le coup, c’est vraiment le support qui a amené l’idée.

IMG_0890

Image : Electroni[k]

Aviez-vous déjà mené des projets de ce type avant ?
Flavien : oui, avec des publics assez divers. Nous avons fait une résidence de création avec des collégiens, un atelier d’écriture pour une mise en forme d’installation ensuite. Nous avons aussi travaillé avec des détenus de la prison des femmes de Rennes, puis la maison d’arrêt de Brest…
Toujours des ateliers d’écritures qui se transforment en installation comme Traversées ?
Fred : oui. En prison, c’était un projet d’expression murale à emporter. Nous avions un principe d’écriture qui était très contraint. Il fallait produire des grilles de mots à 2/3 colonnes et nous faisions des correspondances. Cela mélangeait des choses et faisait surgir des séances des fois surprenantes. Ils essayaient de contrôler le truc mais il y avait trop de possibilités, ils ne pouvaient pas. Cela produisait des phrases étonnantes.
Flavien : quelques expériences donc orientées vers l’écriture parce que les pré-requis sont moindres. C’est facile de faire rentrer les gens dans un projet sur l’écriture. Ce qui intéresse le public dans ce genre d’atelier c’est vraiment d’être actif et d’avoir la possibilité d’apporter l’empreinte de leur personnalité dans la proposition. C’est un moyen assez souple. Même si les textes sont un peu triturés, mélangés, ça reste quand même leur parole, ils s’y retrouvent dedans. C’est peut être aussi moins violent, car ce sont des choses intimes, lourdes. Mais c’est mélangé, anonyme, ça rend ça plus digeste pour eux et ils sont assez fiers que ce soit porté sur la place publique.

Il y a une perspective sociale dans beaucoup de vos projets, c’est quelque chose d’important pour vous que l’art soit partagé et accessible à tous ?
Fred : oui. J’aime aller dans des lieux déstabilisants. Les personnes rencontrées ont des soucis variés mais j’aime me confronter à ça. Cela permet de ne pas rester dans un milieu artistique contemporain assez cloisonné. Aller chercher les gens, aller vers eux.
Flavien : et que les gens ne restent pas entre eux. C’est une dimension qui m’intéresse particulièrement. Aujourd’hui, on se retourne sur l’histoire récente, notamment au XXème siècle avec l’art cinétique. Il y a une vraie filiation entre les pratiques numériques d’aujourd’hui et ce que pouvaient être les revendications à travers les manifestes des différents groupes. Il y avait un fond politique qui était assez fort quand même. Le titre du manifeste du GRAV était « assez de mystifications » et il s’agissait du monde de la culture. Nous devons nous adresser à tout le monde, c’est un peu une obligation. Nous devons concerner, nous devons faire participer. L’idée de l’interactivité, de la participation, ce n’est pas l’art numérique, ça vient de là, des années 60. Je m’intéresse particulièrement à ce mouvement aussi pour cette raison. Ces effets de milieu sont un piège pour les artistes, ça coupe de la base, du public large. Nous, nous assumons le fait que nous voulions nous adresser à un public plus large par le biais notamment de la participation.

Vous avez d’autres projets similaires en vue ?
Flavien : nous avons différents projets en cours. En ce moment, nous préparons une évolution, une mutation d’un projet que nous avons développé cette année, qui était en soit assez nouveau pour nous. C’est un projet que nous avons fait avec une école d’ingénieurs à Brest qui proposait une vision d’un océan virtuel animé de mouvements qui correspondent à notre activité cérébrale.
Fred : nous équipons les personnes avec un casque. Nous traduisons l’activité cérébrale en mouvement océanique. Il y a donc une méga projection. Une personne met un casque, et la mer s’anime. Une mer assez graphique, assez sombre, en noir et blanc. Nous assistons à la manifestation d’un paysage qui est nous-mêmes. Nous allons maintenant travailler à le diffuser. Nous avons fait travailler un copain musicien sur la création sonore de l’installation. Avec un autre artiste musicien, nous allons travailler ensemble pour en faire une forme scénique avec un performeur qui aura le casque et les musiciens qui vont récupérer, capter et essayer de jouer, pour influencer la personne qui a le casque. Faire une sorte de boucle entre l’illustration de la projection et la stimulation du cobaye.

Merci.

Propos recueillis par Catherine Rué

Crédit photo : Catherine Rué

Le projet Traversées est mené grâce au soutien de la Drac Bretagne, de l’ARS Bretagne et du fonds de dotation InPACT. Initiative pour le partage culturel.

Autres actualités

Résultats de l’appel à projets « Arts et Technologies » // Festival Maintenant 2015

En 2015, Electroni[k] a lancé un appel à projets « Arts & Technologies » aux étudiants. Après réception de nombreuses propositions d’ici et d’ailleurs, deux créations ont été sélectionnées par notre jury. Elles seront produites et présentées lors de l’édition 2015 du …

Moritz Simon Geist : l’amour des robots

Moritz Simon Geist a un parcours fascinant, aussi bien dans la musique classique, que dans la robotique. Ses projets vont de performances de musique électronique à des installations de sons robotisés. Ses installations robotiques et ses performances ont fait le …

Festival Maintenant 2015, du 13 au 18 octobre 2015

Maintenant, c’est le souhait de présenter notre vision de la création d’aujourd’hui à travers de nombreuses disciplines artistiques. Maintenant fait le choix d’une exigence artistique et d’une ouverture à tous les publics pour des créations ambitieuses et de qualité. En …