EN

France | Edition 2019 /

Nicolas Bazoge

© Bruno Robin

 

Nicolas Bazoge est concepteur lumière et sonore pour les arts vivants. 

En parallèle, il développe ses propres projets artistiques dans le domaine de la performance musicale interactive.Ses recherches actuelles portent principalement sur les questions d’hybridation dans des contextes de performance scénique technologiquement médiatisée. Son travail se consacre à la création d’expériences sonores immersives, interactives et semi-improvisées, ainsi qu’à la promotion de l’expression individuelle par le biais  de systèmes d’interprétation développés spécifiquement et basés sur les technologies de captation du mouvement. 

Ses sources sonores incluent la plupart du temps des objets et des instruments de musique auto samplés qu’il traite ensuite numériquement. Après un cursus universitaire technologique (DUT GEII) Nicolas rejoint le milieu du spectacle vivant en tant que technicien lumière. Diplômé en 2004 de l’Institut Supérieur des Techniques du Spectacle (ISTS) à Avignon, il intègre l’année suivante l’équipe du Centre Dramatique National de Bretagne à Lorient où il exerce pendant une douzaine d’années en tant que Régisseur et Créateur Lumière auprès de metteurs en scène de renom (Eric Vigner, Christophe Honoré, Marc Lainé, etc.) et en tournée dans des CDN en France et à l’étranger. En parallèle de ce poste il nourrit son intérêt pour la musique à travers de nombreuses collaborations sonores et performatives avec des compagnies de théâtre et de danse contemporaine, ainsi qu’à travers son projet personnel Nola’s key. ​Il reprend en septembre 2016 un Master recherche en Création Numérique à l’Université de Rennes 2 durant lequel il travaille sur la notion d’intermédialité (Dick Higgins), l’hybridation artistique, et sur la relation scénique entre l’espace, le son, le mouvement et la lumière. A l’issue de ce cursus, il propose en mars 2018 une performance musicale inédite mettant en scène un système professionnel de motion capture pour contrôler le son et la lumière grâce au mouvement.

Ses influences musicales vont des expérimentations sonores et performatives des années 60-70 (E.A.T., Laurie Anderson) aux musiques électroniques actuelles (Moderat, Trentemöller, Max Cooper), mais aussi de la Cold Wave (Joy Division) aux musiques indés des années 90 (Archive, Massive Attack, Placebo, Radiohead). Elles ne sont pas tant liées à des genres musicaux spécifiques, qu’au caractère mental et introspectif de l’écoute qu’elles suscitent.

Autres artistes